DANS MON PLATEAU MONT-ROYAL SE TROUVE KYOTO FLEURS

DANS MON QUARTIER SE TROUVE?

DANS MON MONT-ROYAL SE TROUVE KYOTO FLEURS

C’est au 1893 Mont-Royal Est, que vous entrerez dans un sanctuaire reposant aux effluves florales. Depuis bientôt 2 ans, Kyoto Fleurs a fait sa place et s’est fait remarquer sur le plateau Mont-Royal. Sa propriétaire, Marilou Yoshimura-Gagnon, anciennement très impliquée dans le domaine de la musique urbaine s’est dirigée vers une toute nouvelle passion, les fleurs!  Voici quelques questions sur son cheminement en tant qu’entrepreneure et sur sa boutique.

De gérante d’artiste à propriétaire d’une boutique de fleurs, comment en es-tu arrivée là? 

Haha ! C’est la question que je me fais le plus souvent poser depuis l’ouverture de la boutique (22 septembre 2015) ! En fait j’avais déjà arrêté de travailler dans l’industrie de la musique depuis quelque temps. J’ai toujours rêvé d’avoir ma propre entreprise, soit un restaurant japonais ou bien une boutique de décoration japonaise sur l’avenue Mont-Royal. Mais mes rêves ne se sont jamais concrétisés, c’est comme si j’attendais l’opportunité parfaite. Et elle est arrivée quand la fleuriste au coin de ma rue (sur Mont-Royal) m’a offert d’acheter son fond de commerce. Au début, elle l’a offert à ma mère puisqu’elle repartait vivre en Corée. Mais ma mère me l’a plutôt proposé. Je n’avais jamais pensé à avoir une boutique de fleurs avant. Mais j’ai passé plusieurs heures à sa boutique pour évaluer le potentiel et surtout apprendre la « business » de fleurs. À partir de ce moment, les étoiles se sont enlignées et j’ai pu faire l’achat du fond de commerce et tout changer pour que la boutique devienne Kyoto Fleurs.

Avant de débuter dans le métier de Fleuriste, avais-tu de l’expérience dans le domaine de la botanique? 

Absolument pas ! Hahaha J’ai tout appris de A à Z. J’avais la passion et la détermination, et un peu de folie sans doute !! Ma grand-mère qui vit au Japon a transmis sa passion pour les fleurs à ma mère et à moi-même, mais je n’avais jamais pris le temps de m’éduquer sur les fleurs avant d’avoir l’opportunité d’acheter le fond de commerce. J’ai eu la chance d’apprendre beaucoup grâce à l’ancienne propriétaire, ma mère, mes fournisseurs qui ont été hyper patients et généreux, mes employées expérimentées, les livres, l’internet et YOUTUBE !

Quels sont les fleurs/plantes qui se rapproche le plus du thème de la boutique soit Kyoto Fleurs et comment fais-tu pour dénicher tes variétés? 

Nous n’avons pas vraiment de thème chez Kyoto Fleurs. Ce qui est vraiment important pour moi c’est de répondre aux besoins de toutes les clientèles possibles en offrant un maximum de variétés de plantes et de fleurs. Il est évident que nous suivons les tendances, mais nous nous assurons de conserver les variétés classiques et d’oser en proposant des produits plus originaux.

Ta boutique est souvent sollicitée pour des événements spéciaux comme des tournages, films et médias, comment cette notoriété s’est installée? 

J’ai la chance d’avoir beaucoup de contacts dans l’événementiel grâce à mon ancienne vie dans l’industrie de la musique. Pour ce qui est du cinéma, c’est beaucoup grâce à ma famille qui travaille dans l’industrie. Mais il faut aussi dire que la boutique est située en plein cœur du Plateau Mont-Royal où vivent plusieurs gens de l’industrie de la télé et du cinéma qui sont nos bons clients.

Il y a-t-il de la compétition entre fleuriste? 

Je pense que oui, mais j’essaie de ne pas trop focus là-dessus. Je fais mes trucs et j’évite de me préoccuper de ce que font les autres. J’aime aller voir ce que les autres font pour me garder « dans la game », mais pas à m’en rendre malade ! Je pense qu’on a notre propre style à nous et ça fonctionne bien !

Quels sont les embûches et/ou les étapes par lesquels tu es passée pour établir ton commerce? 

Ouf ! Par où commencer ? Haha ! D’abord trouver l’argent, chercher d’autres solutions quand les banques ont refusé de m’aider. Ensuite apprendre sur le business des fleurs et la business en général. Faire face aux coûts imprévus. Etc.

Quels conseils donnerais-tu à de jeunes entrepreneurs? 

Mon père m’a toujours dit : quand on veut, on peut ! Je suis ce conseil chaque fois que je veux vraiment quelque chose. C’était une folie, complètement je l’assume, mais je le voulais vraiment, donc j’ai tout fait pour arriver à mes fins. Il faut à tout prix éviter d’entendre les gens qui tentent de nous décourager. Je ne leur en veux pas, c’était légitime, mais si je les avais écoutés, Kyoto Fleurs n’existerait pas. Un autre conseil est de ne pas penser que tout va arriver seul. Chaque démarche est importante et il faut travailler fort pour accomplir ce qu’on veut. Mais bon, je ne me considère pas encore comme une entrepreneure d’expérience donc ça me rend un peu mal à l’aise d’offrir des conseils hahaha j’ai encore besoin d’aide !! Ah oui…ne pas hésiter à demander de l’aide !! Ne pas être gêné de le faire ! Les premières fois que je suis allée acheter des fleurs, j’étais tellement gênée, je ne connaissais rien, les variétés, les valeurs des produits etc. Mais j’ai dû piler sur mon orgueil, à défaut d’avoir l’air incompétente, et j’ai posé beauuucoup de questions à mes fournisseurs. L’un de mes fournisseurs m’a même avoué récemment qu’il avait eu envie de me dire d’abandonner dans les débuts, que l’industrie des fleurs étaient trop compliqué et difficile pour une jeune fille comme moi qui ne s’y connaissait pas ! Hahaha mais bon finalement il était content de ne pas s’en être mêlé ! 

As-tu l’intention d’ouvrir dans l’avenir une 2e boutique, quels sont les projets si tu peux nous en parler reliés à Kyoto fleurs? 

Pour l’instant on fait beaucoup de mariages, j’adore ça, c’est vraiment un des mes aspects préférés, il n’y a rien de mieux que de voir sur des photos qui immortalisent les plus beaux moment d’un couple. J’aimerais éventuellement faire un peu plus de corporatifs. Sinon, pour ce qui est d’une autre boutique, c’est sûr que j’en rêve présentement. Mais pour le moment, je me concentre sur ma première boutique, je veux être vraiment prête avant d’ouvrir une deuxième boutique.

Ta boutique donne parfois des ateliers à caractère Japonais, peux-tu nous en parler un peu? 

Ma mère est japonaise, elle est née et a grandi à Kyoto, d’où le nom Kyoto Fleurs. Kyoto est selon moi la plus belle ville du monde 🙂 J’ai toujours voulu faire rayonner la culture japonaise au Québec. Je me rends compte de plus en plus que les gens aiment beaucoup le Japon et sont curieux d’en savoir plus et même de le visiter. Les clients aiment en parler avec nous et en apprendre davantage. La boutique offre quelques objets décoratifs que nous avons ramené du Japon. Et après avoir constaté l’intérêt des clients, nous avons décidé d’offrir des ateliers tels que les ateliers d’ikebana (art floral traditionnel japonais), les cérémonies de thé, ateliers de matcha, etc. Éventuellement, nous ferons possiblement des ateliers d’origami et même des cours de langue japonaise ! Les gens le demandent beaucoup !

Que peut-on souhaiter pour Kyoto fleurs pour les années à suivre? 

Beaucoup de succès ! Afin qu’on puisse continuer de participer à rendre les gens heureux avec des fleurs 🙂 On peut tout dire avec les fleurs, dites-le avec des fleurs ! Merci à tous ceux et celles qui m’encouragent depuis le début !

 
Vous pouvez suivre KYOTO FLEURS sur :

SITE WEB : 

 

Le magnifique bouquet de Magdala, photographié par @firstclassphotography

A post shared by Kyoto Fleurs (@kyotofleurs) on

 

Entrevue par : Andrée-Anne Bohémier (My Urban Map)

Laisser un commentaire